par Pierre Sigler

Depuis 15 ans, Dominique Lestel critique le discours philosophique traditionnel sur les animaux et pourfend l'idée qu'il y aurait « un propre de l'homme », idée qu'il qualifie de « toxique ». Il a ainsi étudié le vécu subjectif des animaux, la singularité psychologique de chaque individu. Pour Lestel, les animaux ont une vie mentale riche et les humains sont des animaux parmi les autres.
Bien souvent, adhérer à ces thèses n'empêche pas les éthologues ou les philosophes de manger de la viande. Mais ils le font généralement avec une mauvaise conscience plus ou moins prononcée. Lestel, au contraire, est fier de manger de la viande. Il va jusqu'à consacrer un pamphlet, paru en avril 2011, à « l'apologie du carnivore » et à la critique sévère des végétariens éthiques, ceux qui pensent que la consommation de viande est illégitime. Voilà qui semble bien difficile sans avoir recours à des arguments spécistes ou à des théories éthologiques surannées. Comment Lestel va-t-il s'y prendre ?

Lire la suite:

http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article409