Notre « bonne » conscience d’humains nous dicte qu’un chaton si mignon a plus de valeur que le poussin - tout aussi charmant - que l’on va laisser mourir d’étouffement sous le prétexte qu’il n’a pas le bon sexe, celui qui nous est utile. Elle veut aussi que le veau, le porc que l’on va manger, ne soient que nourriture sur pattes, et donc dépourvus de sensibilité, de capacité à vivre et souffrir.
Quant au taureau que banderilles, pique puis épée vont affaiblir, saigner, et soumettre, on veut bien lui prêter toutes les vertus habituellement réservées à l’Homme, sauf celle de mériter de vivre en paix, et de mourir sans torture.
Etre végan, c’est s’éveiller à sa propre conscience, et abattre d’abord en soi-même les frontières érigées à l’aune de critères égoïstes et illusoires.
Logiquement vient ensuite le combat pour le respect de la nature, de la planète, et en définitive de l’Homme lui-même. Le Véganisme est une clameur qui s’élève de toutes les nations.

Le livre de Catherine Hélayel est militant, engagé, et tout y est clairement expliqué, démontré, avec des arguments qui sont loin de l’image caricaturale que l’on peut se faire du militant « écolo ». Juste du bon sens, l’amour de la justice, du prochain et le respect du Vivant, quelqu’il soit.

 

Avocate, juge de proximité, Catherine Hélayel est devenue végétarienne, puis végan. Militante engagée dans la promotion du Véganisme et de la Libération Animale, elle est bénévole dans différentes associations.

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 4736 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 199 pages
  • Editeur : LME (2 octobre 2012); novembre 2012 [version papier]

 

 

http://www.lamaisondeditions.fr/livre_vegan_vegetalien.html